Obtenir de l'aide
Obtenir de l'aide

LET US HELP YOU

Get started

English, French or Spanish :)


HELP YOURSELF

Our helpdesk

Our help portal is packed with useful information from FAQs to helpful articles.


Happy to help! Stay safe and sustainable!

Shopping from: Sweden
CURRENCY
Euro
  • £ British Pound
  • $ US Dollars
  • Euro
  • $ Canadian Dollar
  • kr Danish krone
  • kr Swedish Krone
  • $ Australian Dollar
  • $ Hong Kong Dollar
  • ¥ Japanese Yen
  • $ New Zealand Dollar
  • $ Singapore Dollar
  • $ Argentine Peso
  • R$ Brazilian Real
  • kr Norwegian Krone
  • SR Saudi Riyal
  • د.إ UAE Dirham
  • Fr Swiss Franc
SHIP TO
Sweden
    LANGUAGE
    English
    • English
    • Deutsche
    • Español
    • Français
    • Italiano

    May we suggest…

    Your bag

    Votre panier ne contient aucun article.

    Total before discount: $0.00 USD
    Total $0.00 USD

    5784 reviews
    100% secure checkout
    B-Corp certified


    Qu'est-ce que la consommation collaborative ?

    La consommation collaborative est un ensemble de choses différentes, certaines bonnes et certaines mauvaises, toutes reliées entre elles. Votre définition dépend aussi de la façon dont vous la voyez. Le propriétaire d'une entreprise de taxi ne dépeint peut-être pas la consommation collaborative sous un jour aussi favorable que le propriétaire d'une start-up de covoiturage - mais, les concurrents ont rarement des choses agréables à dire les uns sur les autres.

    Rachel Botsman, auteur de "What's Mine Is Yours" : The Rise of Collaborative Consumption ", et une chercheuse sur la consommation collaborative. Elle la définit comme " le partage, le troc, le prêt, l'échange, la location, le don et l'échange traditionnels redéfinis par la technologie et les communautés de pairs ".

     

    Rachel Botsman parle de la Consommation Collaborative sur Nesta UK Sur Vimeo.


    La consommation collaborative et ses dérivés comme l'économie de partage, c'est du baratin moderne, une espèce de rebranding, sur de vieux concepts. Une bibliothèque de prêt publique ou privée, c'est une forme de consommation collaborative ou même des appartements en copropriété - des personnes qui partagent pour obtenir ce qu'elles ne peuvent pas ou ne pourraient pas se permettre par elles-mêmes.

    Ça a l'air bien. Mais est-ce le cas ?

    Comment fonctionne la consommation collaborative ?

    Au cœur de la consommation collaborative, on trouve les besoins individuels des personnes avec la capacité des ordinateurs et des systèmes pour suivre les choses. Chaque fois que vous ajoutez des ordinateurs, vous ajoutez au moins deux choses : de la vitesse et la capacité d'évolution.

    Une bibliothèque publique, c'est bien, mais qu'en est-il d'un système de bibliothèques composé de succursales interconnectées ? La seconde est bien meilleure. C'est probablement plus efficace et vous n'avez pas besoin de tout garder au même endroit. C'est bon pour la bibliothèque et c'est bon pour les clients.

    Jusqu'à présent, la consommation collaborative semble plutôt géniale.


    Exemples de consommation collaborative

    Souvenez-vous de l'époque de Napster et de LimeWire quand tout le monde et leurs grand-pères " partageaient " toutes sortes de musique entre eux, au grand dam des magnats de la musique et des producteurs de disques ? C'est un exemple de consommation collaborative - l'échange redéfini par la technologie et les communautés de pairs.

    Mais qu'en est-il si vous appliquez ce genre de pensée peer-to-peer aux personnes ?

    Prenons le service de covoiturage Touro. Il permet aux propriétaires de voitures de louer leurs véhicules à des personnes qui en ont besoin - essentiellement, des locations de voitures collaboratives. Airbnb fait la même chose pour les gens qui veulent louer un bien immobilier. Uber et Lyft, qui pour une course en voiture.

    Etsy, eBay et Amazon ne sont rien d'autre que des versions numériques du souk à ciel ouvert - des marchés improvisés qui, après un certain temps, sont devenus des lieux permanents où les caravanes peuvent s'arrêter et où les marchands essayent de vendre leurs marchandises. Maintenant, ces souks peuvent être trouvés sur un téléphone.

    Ces entreprises vendent l'accès à une plateforme qu'elles essaient ensuite de faire évoluer en augmentant le nombre d'utilisateurs.

    Répercussions de la consommation collaborative

    Les promoteurs de la " consommation collaborative " voudraient vous faire croire qu'elle permet une allocation plus efficace des ressources. Ce n'est pas nécessairement vrai. Cela peut être plus efficace que ce qui existait auparavant, mais ce n'est pas nécessairement le plus efficace. Et cela peut aussi favoriser ou créer de nouvelles inégalités - des coûts de logement très élevés aux tarifs exagérément bas des taxis.

    Vous vous souvenez du service de taxi et de la compagnie de covoiturage ? L'un met l'autre en faillite. Certains diraient que c'est une une bonne chose. Les applications de covoiturage offrent une meilleure expérience aux clients et augmentent le nombre possible de " taxis ". Mais cela a aussi perturbé les gens qui travaillaient auparavant ce domaine, qui pouvaient auparavant gagner un salaire annuel décent. Avec plus de taxis, ce salaire est réparti entre plus de gens maintenant.

    Pour en revenir aux mp3 sur Napster, les gens ne sont pas des paquets de données facilement transportables le long des "autoroutes de l'information" - c'est comme ça qu'on appelait l'Internet (maintenant, c'est plutôt Time Square vers 1983). Les gens ne font pas de la contrebande des morceaux de Grateful Dead. Les gens ont des sentiments. Ils ont leurs mauvais jours. Ils ont des proches qui peuvent être malades. Ils ont peut-être la gueule de bois. Vous m'avez compris.

    Traiter les gens comme des paquets peut mener à des choses non voulues.


    Connotations

    Si vous divisez le concept suivant les 2 mots qui le constituent - collaborer et consommer - vous obtenez également un mélange de connotations positives et négatives, surtout sur le plan de la consommation - détruire, gaspiller et dévorer sont trois synonymes avec lesquels collaborer ne devrait peut-être pas traîner.

    Peut-être qu'améliorer le taux de consommation des ressources n'est pas toujours une bonne idée.

    On n'a pas assez de temps pour examiner complètement les avantages et les inconvénients de la consommation collaborative, mais être un consommateur conscient signifie au moins penser aux possibilités et creuser pour trouver plus de ressources. C'est pourquoi notre fondateur, Anders Ankarlid, a lancé A Good Company.

    Nous devrions considérer le facteur de durabilité de la consommation collaborative - est-ce une façon souhaitable d'utiliser et d'allouer les ressources sur notre planète ?

    Découvrons-le ensemble.


    French